• Rentrée Universitaire
    Automne 2018

Conférence spéciale « Défense des droits humains avec un grand F : Rencontre avec des défenseures en exil »

La Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) en partenariat avec Sisters Trust Canada (STC) organisent la conférence spéciale « Défense des droits humains avec un grand F : Rencontre avec des défenseures en exil ».
Invitées :

Mme Joséphine Djomgoue | Présidente fondatrice du Groupe des femmes actives du Canada (GFAC) et militante contre la violence conjugale.
Mme Rehana Hashmi | Militante pour le droit des femmes et des défenseur.e.s des droits humains en exil, elle a travaillé avec l’ACDI, l’ONU et l’Aga Khan Fondation.
Mme Noosheen Alaverdi | Défenseure des droits des minorités, elle a récemment complété un Master in Peace and Justice Studies et accompagne des femmes en exil.

Date : Mardi le 6 mars, de 18h00 à 21h00 – un cocktail suivra la conférence
Lieu : Salon Orange du Centre Pierre-Péladeau, 300 boulevard de Maisonneuve Est

Les présentations seront réalisées en français et en anglais.

À propos de la conférence :

 Cette conférence aborde la question d’une approche intégrée pour la compréhension des réalités particulières liées au genre en matière de défense et de promotion des droits fondamentaux de la personne, en particulier lorsque des violations sont vécues par des femmes elles-mêmes défenderesses des droits humains. Mesdames Djomgoue, Hashmi et Alaverdi sont toutes trois défenseures des droits humains en exil. Ayant été victimes de violations à leurs droits fondamentaux et ayant lutté pour la promotion et la protection de ces droits dans leur pays d’origine – respectivement le Cameroun, le Pakistan et l’Iran – ainsi que dans leur pays d’accueil, elles partageront leurs expériences et réflexions sur les mécanismes de protection des défenseur.e.s en exil.

Notices biographiques :

 Joséphine Djomgoue

 Mme Djomgoue est une défenseure des droits humains camerounaise. Au Cameroun, elle faisait partie de plusieurs associations de femmes qui militent dans le but de se soutenir socialement et financièrement afin d’avoir une meilleure qualité de vie. Elle a émigré au Canada en 2007 suite à des problèmes familiaux. Ayant été victime de violence conjugale après son départ et l’ayant dénoncée, elle a créé un organisme humanitaire – le Groupe des femmes actives du Canada (GFAC) – qui a entre autres comme objectif de venir en soutien aux familles dans les communautés africaines et Haïtiennes. Elle milite désormais contre la violence conjugale vécue en silence par plusieurs femmes dans leur foyer.

Rehana Hashmi

Mrs Hashmi has 30 years of experience working with victims of violence and has assisted exiled HRDs in the Netherlands, Sweden, Norway, Turkey, Afghanistan and many other countries. She is knowledgable about international human rights guidelines, instruments and mechanisms and has worked with CIDA, the U.N. and the Aga Khan Foundation. Rehana Hashmi is passionate about helping women HRDs overcome the experience of exile and reconnect with their work.

Noosheen Alaverdi

 

Mrs Alaverdi also knows what it is like to live in exile. As a student in Iran in the seventies she was given a choice by the authoritarian, theocratic regime: denounce her Bahá’í faith or give up her medical studies. Fearful of the repression on personal freedoms she escaped, eventually making her way to Canada. She completed graduate studies in immunology at the University of Toronto; became a Canadian citizen; and went on to an accomplished career as a biomedical researcher and biotech industry entrepreneur. Now in her second career, Noosheen Alaverdi focuses on minority rights, conflict resolution, and peacebuilding, recently graduating from U. San Diego with an MA in Peace and Justice Studies. She has special interest in helping women heal from the psychological trauma of forced exile.

 

Faculté de science politique et de droit

La Faculté de science politique et de droit est unique en son genre en Amérique du Nord. Fruit d'audace et de vision, le partenariat initial entre les départements de science politique et des sciences juridiques, auxquels s’est ajouté l’Institut d’études internationales de Montréal, participe à la mission fondatrice d'accessibilité, d'engagement social et de pensée critique qui constituent l'identité même de l'UQAM.

Coordonnées

Faculté de science politique et de droit
Local A-1655
400, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C5

Suivez la Faculté