UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL

Conseil de la Faculté de science politique et de droit

PROCÈS-VERBAL DE LA PREMIÈRE RÉUNION SPÉCIALE DU CONSEIL DE LA FACULTÉ DE SCIENCE POLITIQUE ET DE DROIT TENUE LE 22 AOÛT 2002 AU LOCAL A‑1715

Étaient présent(e)s

Étaient absent(e)s

Côté, René

Beaud, Jean-Pierre

Delas, Olivier

Brunelle, Dorval

Donneur, André

Comeau, Paul-André

Lavoie, Jean-Pierre

David, Charles-Philippe

Lévesque, Jacques

Deblock, Christian

Mackay, Pierre

Dufresne, Guy

Niang, Oumar

Jobin, Carol

Prévost-Jean-Guy

Leney, Stella

Rondeau, Chantal

Marion, Normand

Saouter, Catherine

 

Villaggie, Jean-Pierre

 

 

 

 

ORDRE DU JOUR ADOPTÉ

 

1.      Nomination d’une présidente ou d’un président de séance

2.      Adoption de l’ordre du jour

3.      Projet de Baccalauréat en Communication, politique et société

Modification aux Exigences de qualification pour l’enseignement (EQE)

 

 

DOCUMENTS :

Projet de Baccalauréat en Communication, politique et société (CPS) – Avis de la Faculté de science politique et de droit

Fiches de présentation des cours CPS

Exigences de qualification de l’enseignement des cours CPS

 


 

1. Nomination d’une présidente ou d’un président en séance

Le doyen propose que Jean-Pierre Villaggi préside l’assemblée.

2. Adoption de l’ordre du jour

Il est proposé par Jean-Pierre Lavoie, appuyé par Olivier Delas, d’adopter l’ordre du jour de la présente réunion tel que présenté.

 

Adopté à l’unanimité.

3. Projet de Baccalauréat en Communication, politique et société

Le directeur du programme de 1er cycle en science politique, M. Jean-Guy Prévost, fait la présentation du programme.

 

Pierre Mackay soulève l’absence d’un cours sur le droit des communications.

 

Olivier Delas rappelle l’importance que Stella Leney accordait à l’éthique et que des discussions ont déjà eu lieu à ce sujet. Catherine Saouter souligne que la question d’éthique n’a pas besoin de faire l’objet d’un cours. Il sera traité dans un des cours du programme. Elle suggère de conserver le programme tel que présenté quitte à la modifier quand on se sera assuré d’avoir les ressources professorales compétentes. Pierre Mackay renchérit que des ressources existent ailleurs qu’à l’UQAM et il insiste pour ne pas confondre éthique et droit des communications. Il ajoute que le contexte juridique en communication est essentiel.

 

Pierre Mackay propose alors une solution mitoyenne : accepter le projet tel que proposé en séance et demander au directeur du programme, une fois le projet accepté par les hautes instances, d’étudier la possibilité de créer un cours de Droit des communications.


 

Après discussions, les deux résolutions suivantes sont proposées :

 

La première :

 

RÉSOLUTION CFSPD – 2002-2003-115

 

Attendu le projet de baccalauréat en Communication, Politique et Société ;

 

Attendu la pertinence d’offrir une formation bi-disciplinaire en Communication et Science politique ;

 

Attendu l’intérêt évident pour un programme de ce genre parmi les étudiants qui accèdent à l’Université ;

 

Attendu l’abondance des ressources professorales des départements des communications et de science politique dans les disciplines enseignées ;

 

Attendu les avis favorables transmis par plusieurs départements et la Faculté des sciences humaines ;

 

Attendu les réserves exprimées par le département d’Histoire ;

 

Il est proposé par Catherine Saouter appuyé par Jean-Guy Prévost ;

 

1.      D’adopter le projet de programme de Baccalauréat en Communication, Politique et Société      avec les modifications suivantes :

a.      p.5 : le deuxième objectif se lira : « Former des diplômés capables de comprendre l’évolution de la société » ;

b.      p.8 : Bloc « B » : ajouter dans la liste de cours au choix HIS4585 1960 : La Révolution tranquille ;

c.      p.8 : Bloc « C » : ajouter dans la liste de cours au choix HIS2310 Introduction à l’Europe contemporaine de 1815 à nos jours et HIS2430 Introduction à l’histoire des États-Unis ;

 

2.      De créer les cours CPS1000, CPS3000 et CPS6000 dont les fiches de présentation sont         jointes en annexe ;

 

3.      De confier au Doyen, Jacques Lévesque, et aux deux membres du Conseil, Catherine Saouter et Jean-Guy Prévost, le mandat d’apporter les ajustements mineurs au projet qui           pourraient être nécessaires à son bon cheminement au sein des instances devant        approuver ce programme ;

 

4.      De transmettre pour approbation le projet à la Commission des études de l’UQAM.

 

Adoptée à l’unanimité.

 

Jacques Lévesque remercie les membres présents et ceux qui ont travaillé au projet. Il en profite pour souligner le fait que ce projet a reçu un avis favorable des départements de géographie, sciences juridiques et science politique, de l’École des langues et de la Faculté des sciences humaines. Il cite, à titre d’exemple, l’avis fort enthousiaste de cette dernière faculté. Le seul avis posant problème est celui du département d’histoire qui fait plusieurs propositions. Ces propositions sont d’ailleurs reprises dans la présente résolution.

 

La deuxième :

 

RÉSOLUTION CFSPD – 2002-2003-116

 

Attendu le projet de programme de baccalauréat en Communication, Politique et Société ;

 

Attendu les discussions en séance ;

 

Il est proposé par Pierre Mackay, appuyé par René Côté :

 

De demander aux responsables du programme CPS de procéder aux démarches suivantes après l’adoption du programme par les instances compétentes ;

 

1.            Demander la création d’un cours de Droit des communications ;

2.            Demander une modification mineure au programme pour intégrer ce cours dans la partie jugée la plus appropriée au programme.

 

Adoptée à l’unanimité.

4. Exigences de qualification pour l’enseignement (EQE)

Le vice-doyen aux études, René Côté, présente la situation aux membres du Conseil.

 

RÉSOLUTION CFSPD – 2002-2003-117

 

VU les articles 7 de la convention collective SCCUQ-UQAM concernant les exigences de qualification de l’enseignement ;

 

CONSIDÉRANT la nécessité de déterminer les exigences de qualification auxquelles doit satisfaire tout(e) candidat(e) pour être admissible à l’octroi d’une charge de cours à la Faculté de science politique et de droit ;

 

CONSIDÉRANT que ces exigences de qualification doivent être des instruments de réalisation à court terme des objectifs et des programmes desservis par la Faculté de science politique et de droit ;

 

ATTENDU l’approbation du projet de programme de baccalauréat en communication, politique et société ;

 

ATTENDU la création de trois nouveaux cours de juridiction facultaire, à savoir les cours CPS1000, CPS3000 et CPS5000 ;

 

Il est proposé par Catherine Saouter appuyée par René Côté,

 

Que les exigences de qualification des chargé(e)s de cours pour l’enseignement des cours CPS1000 Médias, politique et société, CPS3000 Rhétorique, argumentation et communication orale et CPS6000 Activité de synthèse, sous juridiction de la Faculté de science politique et de droit, soient les suivantes :

 

Exigences de qualification de l’enseignement

 

a.      Détenir un diplôme de maîtrise en communications, en science politique ou l’équivalent ;

 

b.      Témoigner d’une activité de recherche ou d’un enseignement déjà dispensé qui englobe l’ensemble de la matière du cours pour lequel la reconnaissance de compétence est demandée ;

 

c.      Témoigner d’une compétence certaine dans la matière du cours postulé établie par le sujet du mémoire de maîtrise , par des publications ou par une expérience professionnelle pertinente ;

 

et pour le cours CPS3000

 

Posséder une expérience d’au moins une année, jugée pertinente en tenant compte de la tâche à accomplir (analyses de situations de communication politique, exercices et travaux pratiques sur les techniques de communication orale, etc) et des objectifs du programme.

 

Adoptée à l’unanimité.

 

 

Plus rien n’étant à l’ordre du jour, la réunion spéciale du Conseil de la Faculté de science politique et de droit est levée à 11 h 30.

 

 

 

 

 

Version du 28 août 2002